visites

Publié le 29 Janvier 2019

Rédigé par Association du Devois à Castelnau Le Lez

Publié dans #Visites

Repost0

Publié le 25 Janvier 2019

L'association du Devois vous amène (samedi 26 janvier) explorer les fonds marins au travers d'une exposition de photo spectaculaires, insolites et rares que Laurent Ballesta a rapportées de ses explorations sous-marines. Des eaux d'ici ou en Polynésie, en Antartique ou en Afrique du Sud, les photo sont stupéfiantes.

Un voyage effrayant et coloré qui fait rêver et ne laisse pas indifférent.

A ne pas manquer jusqu'au 9 février 2019.

Laurent Ballesta ou l'Odyssée d'un enfant d'ici - Exposition de photos - Pierres Vives

Voir les commentaires

Rédigé par Association du Devois à Castelnau Le Lez

Publié dans #Visites

Repost0

Publié le 5 Décembre 2018

Le mauvais temps a fini par s'installer ailleurs. Il était temps :)
A 3 reprises, nous avions dû reporter cette virée dans la réserve africaine de Sigean.... Enfin, dimanche 2 décembre, de nombreux participants ont pu enfin s'aventurer dans ces grands espaces de semi-liberté et profiter de ce safari dans la savane africaine.
Tous émerveillés, les petits comme les adultes ont trouvé cette sortie très agréable et dépaysante. Être aussi près des animaux en liberté, sans cage, ni grille, donne l'impression de les voir tous dans leur habitat naturel malgré leur captivité.
Donner à manger aux pélicans, cigognes, flamands roses et goélands laissera un beau souvenir dans la tête de bon nombre d'entre nous.
Tous les participants ont largement remercié l'association d'avoir organisé cette sortie et d'avoir pu profiter de cette belle journée en pleine nature.
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean
Une journée dans la savane africaine, à Sigean

Voir les commentaires

Rédigé par Association du Devois à Castelnau Le Lez

Publié dans #Visites

Repost0

Publié le 11 Novembre 2018

Après les trombes d'eau qui se sont abattues, de jour comme de nuit, sur Montpellier, la semaine dernière, nous ne pensions pas que notre balade sur les quais du Verdanson serait possible. Mais samedi, une éclaircie s'est pointée timidement, en avons-nous enfin fini avec ces épisodes cévenoles? Toutefois, les quais du Verdanson sont restés impraticables par endroits.

Ce ruisseau, récupérateur des eaux de pluies de la ville, était peu accueillant il y a quelques années et très vite en crue lors des pluies abondantes.
Confortés de digues en béton, revêtement rêvé des graffeurs, les quais du Verdanson sont devenus rapidement le berceau du Street Art à Montpellier.
Des artistes de toutes générations, se sont appropriés les lieux et ont créé un musée à ciel ouvert. Et lorsque l'art et la rue se mêlent, la ville se transforme, baignée d'une ambiance particulière, originale, colorée et plus gaie !
Tout le monde se croit un peu artiste et peut s'exprimer sur les murs du Verdanson, les parois d'expérimentation sont éphémères et très vite recouvertes de nouveaux tags bubble en général. Dommage, les plus belles fresques nous sont restées inaccessibles à cause des inondations.
Mais la visite a été très enrichissante et nous a ouvert les yeux sur les divers arts urbains : le muralisme, les graffitis, les tags, les collages, les mosaïques Space invader, le stick Art, les pochoirs, les trompe-l’œil, les moitiés de vélo dans les murs, les poubelles habillées de lune souriante.
Mais quelle que soit la pratique de l'artiste, les rues de Montpellier sont vivantes et ont vraiment meilleure mine.

Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018
Visite Street Art sur les quais du Verdanson - Samedi 10 novembre 2018

Voir les commentaires

Rédigé par Association du Devois à Castelnau Le Lez

Publié dans #Visites

Repost0

Publié le 20 Novembre 2017

Nous n’avons pas traversé la Méditerranée mais simplement enjambé la rocade pour rejoindre le Crès. En chemin, nous n’avons pas foulé le sable, ni croisé de caravane de chameaux, ni rencontré de Touareg dans leurs campements. Pourtant dès que nous avons franchi le seuil du musée saharien, nous avons imaginé tout cela. Nous voilà plongés dans le désert du Sahara.

 

Le début de la visite rend hommage à ces premiers explorateurs dont l’aventure jusqu’aux portes de Tombouctou échouera et se terminera par de multiples tragédies, jusqu’à l’incursion de René Caillé, premier explorateur français à pénétrer les portes de la ville de Tombouctou en 1828. Deux grands sahariens que sont le général Laperrine et Théodore Monod ont aussi toute leur importance dans ce musée. Une vitrine complète est consacrée à ce dernier, grâce à des objets confiés par la famille Monod et mis en dépôt au musée.

 

La première salle est consacrée à l’exploration, à l’époque de la présence française, aux populations, nomades et sédentaires. La seconde salle comporte une riche collection d’objets appartenant à la vie quotidienne des nomades du Sahara. En plus de 30 années à sillonner ces immenses étendues du Sahara, Bernard Adell en a rapporté une multitude d’objets qui fait de ce musée, le seul en Europe entièrement dédié à l’histoire et aux populations du Sahara.

 

Bernard Adell nous accompagne comme guide dans cette traversée du Sahara (avec passion, beaucoup d’humour et qu’il agrémente de nombreuses anecdotes) et que l’on découvre à travers l’histoire, l’ethnographie, l'archéologie et la culture des peuples du Sahara.

 

Enfin, une magnifique exposition de photos de Maximilien Bruggmann rend hommage à ce grand photographe suisse, décédé en 2016, qui a parcouru le monde et surtout le désert saharien dont il a rapporté de nombreuses photos d’une grande sensibilité. La projection de son film « Ombres bleues du Tassili » tourné en 1961, consacré à la vie quotidienne des Touareg reste un document rare puisque ces régions sont aujourd'hui inaccessibles.

 

Cette visite était magnifique !

Un thé à la menthe et des kaak warka ont été offerts à tous les participants à l’issue de la visite

L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara
L’association du Devois sur les pistes du Sahara

Voir les commentaires

Rédigé par Association du Devois à Castelnau Le Lez

Publié dans #Visites

Repost0

Publié le 20 Novembre 2017

Samedi matin, c'est dans la cuisine de Saniya qu'a eu lieu le tournage de "Top Chef" au Devois. Pas de jury, pas de compétition, pas de toque de cuisinier (juste un tablier!) mais un sacré challenge à relever par les participantes : Sylvie, Catherine, Frances et Pascale.
 
La recette à l'honneur était celle des "Kâak warka", une recette de pâtisserie tunisienne, simple et délicieuse. Ces petites gourmandises ont quelque chose de doux et de très subtil, entre la pâte délicate, la farce délicieusement parfumée à la cannelle et pétales de roses et peu sucrée. Les kâak sont présentés sous forme de couronne, cuits à four doux pour préserver toute leur blancheur.
 
Je pourrais ajouter qu'il faut attendre que ça refroidisse mais ça n'a pas été indispensable pour les quatre candidates qui ont voulu gouter...mais juste un kâak!
Ces pâtisseries ont été offertes avec du thé à la menthe après la visite du musée saharien, au Crès.
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien
"Top chef" au Devois - Des Kâak warka pour le musée saharien

Voir les commentaires

Rédigé par Association du Devois à Castelnau Le Lez

Publié dans #Visites, #Animations diverses

Repost0

Publié le 9 Octobre 2017

L'association du Devois organise une visite du Musée saharien, au Crès.

 

Partons à la découverte du Sahara à l’époque de la présence française, replonger dans l’histoire et découvrir une belle collection d’objets appartenant à la vie quotidienne des nomades du Sahara.

 

Ce musée a été créé par Bernard Adell après avoir découvert le Sahara lors de son premier Paris-Dakar en 1984. Ensuite, durant neuf années, Bernard Adell a sillonné ces immenses étendues et, peu à peu, avec patience et détermination, il a rapporté leur histoire du XIXe siècle à travers les grandes figures de légende, comme René Caillé (premier explorateur français à pénétrer les portes de la ville de Tombouctou en 1828), Camille Douls (cet explorateur français a pu pénétrer dans le Sahara occidental à une époque où la région était fermée aux étrangers, vivre parmi les populations Maures et rapporter de précieuses informations sur leur mode de vie et leur environnement), Henri Duveyrier (voyageur et géographe français, connu pour son exploration du Sahara), le général Laperrine (officier général français du début du XXe siècle, mort en 1920 dans le Tanezrouft en Algérie, qui a fait découvrir le Sahara, lors d’une « tournée d’apprivoisement » des populations du grand Sud, à Charles de Foucauld (officier de l'armée française devenu explorateur et géographe, puis religieux catholique, ermite et linguiste, mort en 1916 dans le Sahara algérien. Il a été béatifié le 13 novembre 2005 par le pape Benoît XVI).

 

RDV Samedi 18 novembre 2017 sur la place des Droits de l’Homme (Mairie annexe)

Départ 14h  … à pied !

 

Visite sur inscription / places limitées

Inscription (nom, prénom, email/tél) à déposer à la pharmacie du Devois avec paiement (chèque ou espèces) avant le 10/11/2017

Adhérent : 5 €  - / -  Non adhérent : 6 €

Visite du musée saharien - samedi 18 / 11 / 2017

Voir les commentaires

Rédigé par Association du Devois à Castelnau Le Lez

Publié dans #Visites

Repost0

Publié le 16 Mai 2017

A quelques pas du Jardin de la Reine, nous avons poursuivi notre flânerie dans le Jardin des Plantes de Montpellier, le plus ancien jardin botanique de France.

A l'écoute de notre guide, nous avons sillonné les allées en traversant différents paysages et aménagements paysagers, abritant plus de 2000 espèces végétales, comme l'arbre à messages, un filaire tout tordu et creusé, dans lequel les jeunes amoureux glissent des petits mots secrets, comme l'oranger des Osages dont les indiens utilisaient son bois pour la fabrication des arcs et sa sève pour les peintures du visage, comme le très imposant Gingko Biloba, considéré comme un arbre sacré, comme les feuilles d'Acanthes appelées "pattes d'ours" et dont le motif est repris sur les chapiteaux corinthiens, comme les lotus rapportés d'Egypte, abritant crapauds et tortues aquatique...

La visite s'est terminée devant l'imposante orangerie,datée de 1804, consacrée aux cactus d'Amérique du Nord d'une part et ceux d'Amérique du Sud d'autre part.

Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai
Visite du jardin des plantes de Montpellier - samedi 13 mai

Voir les commentaires

Rédigé par Association du Devois à Castelnau Le Lez

Publié dans #Visites

Repost0

Publié le 24 Avril 2017

De 1939 à 1944, à la maternité d’Elne, une jeune suisse, Elisabeth Eidenbenz, a combattu pour sauver 600 enfants d’une mort certaine.

Mais qui peut mieux relater cet épisode qu’Elisabeth elle-même…lors d’un témoignage en 2007.

« La période passée à la maternité d’Elne est la plus importante et la plus riche de ma vie, beaucoup plus que ce que j’ai fait avant et après, et j’en suis très reconnaissante Le Secours suisse nous a donné la possibilité d’aider les réfugiés nécessiteux et nous avons mené cette tâche à bien. J’étais très jeune et je n’avais aucune expérience mais j’étais pleine de bonne volonté et toujours prête à aider. Je voulais mettre toutes mes forces à la disposition d’autrui et me donner au maximum. C’était un travail qui exigeait beaucoup de cœur et ce fut aussi une grande satisfaction pour moi.

Les femmes venaient de toute l’Europe et étaient internées dans les camps, certaines avaient trouvé un logis chez des particuliers, mais toutes étaient déracinées, sans patrie, avec un futur incertain. Elles étaient au plus bas physiquement et moralement. Il fallait les encourager, leur donner un peu de force morale pour affronter la vie. Nous avons essayé de les distraire pour qu’elles aient également de la joie, à côté de leurs soucis. Le soir, nous chantions, nous organisions des fêtes, nous dansions, je leur lisais des contes de Noël traduits du bernois.

Il n’était pas facile de vivre ensemble en harmonie avec toutes ces femmes différentes. Mais elles connaissaient toutes le même sort, elles avaient perdu leur patrie, elles avaient été expulsées et elles attendaient un enfant.

Nous avons vécu une époque dure et difficile, au cours de laquelle les femmes juives avaient peur pour elles-mêmes et surtout pour leurs enfants. Pendant quelques semaines, elles ont pu se reposer dans une atmosphère familiale et amicale.

Chaque naissance procurait une grande joie et était une source d’émotion. Nous nous sommes aussi occupées d’enfants souffrant de maladies liées aux conditions de vie dans les camps. Les mères étaient généreuses et beaucoup de bébés ont pu être sauver grâce au lait qu’elles leur ont donné.Je ne faisais que mon devoir. C’était normal, indispensable, d’aider les opprimés, les gens poursuivis. Je suis persuadée que, dans les périodes sombres où règnent violence et haine, humanité et tolérance sont nécessaires et possibles. Bien que plus de soixante ans se soient écoulés, tous ces souvenirs, ces évènements, restent vivants. C’étaient une période extraordinaire que je n’oublierai jamais. Ce que nous avons vécu est marqué dans ma mémoire et y restera pour toujours.

En 1991, j’ai reçu un coup de téléphone d’un homme qui me disait être né à la maternité suisse; il voulait me connaître. Quelques jours plus tard, Guy Eckstein est venu me voir à Rekawinkel. Depuis lors, Guy m’a permis de reprendre contact avec beaucoup de « mes » enfants de la maternité et de les revoir, ce qui me rend très heureuse. C’est la richesse de mes vieux jours…»

Préface d’Elisabeth Eidenbenz dans le livre « Les enfants d’Elisabeth » d’Hélène Legrais.

Elisabeth Eidenbenz a reçu en 2002 la médaille des « Justes parmi les nations » et est décédée en 2011.

Photos d'archive, exposition permanente de la maternité suisse d’Elne
Photos d'archive, exposition permanente de la maternité suisse d’Elne
Photos d'archive, exposition permanente de la maternité suisse d’Elne
Photos d'archive, exposition permanente de la maternité suisse d’Elne
Photos d'archive, exposition permanente de la maternité suisse d’Elne
Photos d'archive, exposition permanente de la maternité suisse d’Elne
Photos d'archive, exposition permanente de la maternité suisse d’Elne
Photos d'archive, exposition permanente de la maternité suisse d’Elne
Photos d'archive, exposition permanente de la maternité suisse d’Elne

Photos d'archive, exposition permanente de la maternité suisse d’Elne

En terres catalanes, visite de la Maternité Suisse d'Elne
En terres catalanes, visite de la Maternité Suisse d'Elne
En terres catalanes, visite de la Maternité Suisse d'Elne
En terres catalanes, visite de la Maternité Suisse d'Elne
En terres catalanes, visite de la Maternité Suisse d'Elne
En terres catalanes, visite de la Maternité Suisse d'Elne
En terres catalanes, visite de la Maternité Suisse d'Elne
En terres catalanes, visite de la Maternité Suisse d'Elne
En terres catalanes, visite de la Maternité Suisse d'Elne
En terres catalanes, visite de la Maternité Suisse d'Elne
En terres catalanes, visite de la Maternité Suisse d'Elne

Voir les commentaires

Rédigé par Association du Devois à Castelnau Le Lez

Publié dans #Visites

Repost0

Publié le 23 Avril 2017

Samedi 22 avril, l’association du Devois remonte le cours de l’Histoire en Terres Catalanes : visite émouvante du Mémorial du Camp de Rivesaltes
 
« Il n’y a pas un camp de Rivesaltes, mais des camps de Rivesaltes. Le camp, d’abord militaire, devient un camp de réfugiés de la guerre d’Espagne, un camp d’internement conçu pour enfermer les Indésirables de Vichy durant la Seconde Guerre Mondiale pour la seule raison qu’ils représentent un danger potentiel pour l’Etat, hors de tout crime et délit, un camp de regroupement des Juifs déportés dans le cadre du génocide, puis un camp de transit des harkis contraints de quitter l’Algérie.
L’histoire du camp est celle des deux grands traumatismes du XXème siècle en France. »
 
Le 12 novembre 1938, la loi sur l’internement administratif des indésirables étrangers est votée par le gouvernement Daladier. Le camp de Rivesaltes a ouvert en 1940 sur un vaste espace de 600 h de terres incultes où les conditions d’internement étaient abominables : la tramontane quasi permanente et violente, les températures extrêmes en été comme en hiver, les moustiques, le peu d’eau, des logements mal conçus, les privations … vont affaiblir rapidement la population.
 
Au printemps 1941, près de 9 sur 10 des détenus étaient des étrangers dont 55% d’Espagnols, 15% d’Allemands, 10% de Polonais dont près de 40% étaient des Juifs : 16 nationalités étaient représentées, 40 interprètes ont été engagés. Près de 11000 détenus étaient enregistrés dans le camp qui devint la 2nde ville du département en moins d’un mois. 2289 juifs ont été déportés à Drancy et Auschwitz-Birkenau, seuls 80 en sont revenus.
 
L’histoire du camp de Rivesaltes est aussi liée à celle de la guerre d’Algérie. Le camp a servi de centre de formation militaire, puis de centre pénitentiaire pour les nationalistes algériens et enfin de transit pour les harkis et leurs familles que le gouvernement français ne voulait pas recevoir.
Rivesaltes Hier
Rivesaltes Hier
Rivesaltes Hier
Rivesaltes Hier
Rivesaltes Hier

Rivesaltes Hier

Rivesaltes Aujourd'hui
Rivesaltes Aujourd'hui
Rivesaltes Aujourd'hui
Rivesaltes Aujourd'hui
Rivesaltes Aujourd'hui
Rivesaltes Aujourd'hui
Rivesaltes Aujourd'hui
Rivesaltes Aujourd'hui

Rivesaltes Aujourd'hui

Voir les commentaires

Rédigé par Association du Devois à Castelnau Le Lez

Publié dans #Visites

Repost0